Follow
Connect
(+33) 07 68 45 55 10

Actualités

Retour actualités

BAM engage Biosite pour la sécurité, les procédures incendie et les premiers secours sur le Viaduc de Shoreham

#Réalisations

| 24 January 2016

BAM a fait appel à la technologie de Biosite pour l’application des procédures de sécurité, d’incendie et de premiers secours pendant le chantier du viaduc de Shoreham.

Le dispositif utilisé exploite les données générées par les employés pour renforcer les conditions de sécurité du chantier.

Livré et mis en place par Biosite, il comprend un tourniquet à identification biométrique digitale : il ne s’agit pas d’une technologie nouvelle, mais il est vite devenu évident qu’il serait un outil primordial de sécurité dans le cadre de ce projet, notamment en cas d’urgence, quand il s’agit de déterminer qui est en train d’effectuer des travaux sur le viaduc.

Chaque ouvrier et chaque visiteur sont enregistrés dans la base de données au moment de l’accueil chantier. On prend l’empreinte de leur index et on scanne leurs cartes CSCS, qui fonctionnent avec le Programme britannique de certification des compétences de chantier. Cette procédure fait apparaître leurs données et on leur demande ensuite de répondre à un questionnaire de santé.

Ce questionnaire recueille des informations utiles, par exemple si la personne suit un traitement ou quelles sont les coordonnées de la personne à contacter en cas d’accident. Une fois la procédure terminée, ils sont autorisés à pénétrer sur le chantier.

En appuyant sur le bouton d’alarme incendie, le tourniquet se débloque automatiquement, ce qui permet au personnel présent sur le viaduc de sortir soit par le tourniquet, soit par l’une des deux autres sorties de secours.

Une liste de présence des personnes qui sont passées par le tourniquet est alors automatiquement imprimée. En cas d’urgence, on peut ensuite l’utiliser pour procéder à l’appel et vérifier s’il manque quelqu’un.

En outre, il est possible de surveiller toute activité sur les lieux, tant celle du chantier, que celle se produisant hors des heures de travail. Consulter « écrans de surveillance de chantier ».

Le programme est activé et désactivé à heures fixes. Ces horaires sont envoyés chaque semaine au poste de gardiennage externe. Toute activité entre ces horaires est enregistrée par les capteurs de mouvement ou par les caméras infrarouges.

Les caméras indiquent au gardien s’il faut avertir verbalement les intrus éventuels via les haut-parleurs, ce qui déclenche un appel du responsable de l’accès ou si nécessaire, de la police.

Les bornes sans fil pour l’appel d’urgence en cas d’incendie ou d’accident (voir photo page précédente) constituaient l’avantage décisif de ce dispositif : elles contiennent deux extincteurs, un plan du site indiquant les différentes zones couvertes par chacune d’entre elles et un plan d’action détaillé en cas d’incendie ou d’accident. Elles sont placées stratégiquement dans l’enceinte du chantier et sur les échafaudages du viaduc.

Si quelqu’un presse le bouton d’incendie dans la zone 2, toutes les sirènes des postes d’urgence sont activées, y compris celles du poste de contrôle central du chantier, ce qui indiquera également dans quelle zone le feu se produit. L’ensemble du personnel est évacué vers le point de rassemblement où l’on procède à un appel de présence.

Si quelqu’un presse le bouton de secours, la sirène ne s’active que sur ce poste d’appel et dans le poste de contrôle central du chantier, ce qui in
dique l’endroit exact où doit se rendre le secouriste, car le poste activé s’affiche à l’écran.

Le consensus général est que ce dispositif, ou tout autre de nature semblable, devrait être adopté en tant que norme de BAM Nuttall et de Southern Shield, car il couvre toutes les hypothèses.

 

CHAS Accredited Contractor ISO 9001 Registered Firm ISO 14001 Registered Firm Construction Line CHSG safe-contractor-approved CSCS Logo